• +226 25 37 47 44
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Actualités

Actualité

Le Projet NEER-TAMBA au BAC 2021

Dans le cadre de la session normale de l’année 2021 du Baccalauréat, Série A4 et pour l’épreuve du 2ème tour, le sujet de géographie a porté sur un extrait d’un reportage réalisé par le quotidien l’Observateur Paalga les interventions du Projet NEER-TAMBA dans les communes de Kirsi et de Bokin, reportage diffusé le 03 septembre 2020.

Kirsi et Bokin sont deux (02) communes de la province du Passoré dans la région du Nord, une des trois (03) régions d’intervention du Projet NEER-TAMBA.

A l’instar des régions du Centre-Nord et de l’Est, de nombreuses réalisations ont été faites au Nord. C’est ainsi que les communes de Kirsi et de Bokin, entre autres, ont bénéficié d’aménagements d’une part et de la mise en valeur de ces aménagements d’autre part. Ce sont alors ces réalisations et les exploitations qui y sont menées, qui ont été visitées par Monsieur Salifou OUEDRAOGO, Ministre de l’Agriculture, des Aménagements Hydroagricoles et de la Mécanisation (MAAHM), dans le cadre du suivi de la campagne agricole 2020/2021. Cette sortie terrain a été effectuée en présence du Coordonnateur du Projet, des acteurs locaux de mise en œuvre, y compris les bénéficiaires des interventions et des investissements.

C’est un extrait du reportage sur ces réalisations du NEER-TAMBA dans cette région, reportage publié dans les colonnes du quotidien l’Observateur Paalga, qui a été retenu comme sujet de géographie dans la série A4 et au titre de des épreuves du 2ème tour de la session normale du Bac 2021.

Le projet NEER-TAMBA est tout reconnaissant aux autorités de l’enseignement pour l’intérêt porté sur ses activités, toutes choses qui améliorent la visibilité de ses actions.


Supervision conjointe Gouvernement-FIDA du Projet Neer-Tamba : La 8ème mission a démarré le 05 juillet

La 8ème mission de supervision conjointe Gouvernement-FIDA a démarré le 05 juillet 2021, conformément au chronogramme établi.

La huitième dans l’ordre des missions de supervision conduites par le Gouvernement du Burkina Faso et le Fonds international de Développement agricole (FIDA) dans le cadre de la mise en œuvre du Projet Neer-Tamba, la présente se tient à moins de deux (02) de la clôture du Projet.

Pour la présente mission, il s’agit d'évaluer l'état d'avancement de l'exécution physique des activités du Projet Neer-Tamba, sur la base de son PTBA 2021 et par rapport aux recommandations de la dernière mission de supervision d’octobre 2020. Entre autres, la mission devra : i) évaluer l’ensemble de l’exécution du projet; ii) vérifier les produits et les réalisations, analyser l’état d’avancement de l’exécution du projet et des recommandations des missions précitées et vis-à-vis du niveau de réalisation des PTBA de 2021 en cours; iii) passer en revue les aspects fiduciaires; iv) proposer des recommandations pour faire face aux éventuels problèmes liés à l’exécution et à la réalisation des objectifs et des impacts du projet, (v) préparer un aide-mémoire ainsi qu’un rapport de mission y compris les annexes, selon le format FIDA.

La présente mission de supervision conjointe Gouvernement-FIDA travaillera avec l'Unité de Gestion du Projet (UGP) et les partenaires du Projet à Ouagadougou et dans sa zone d’intervention.

La mission est à a fois présentielle et virtuelle, conformément à l’agenda détaillé prévisionnel. Dans ce cadre, cinq (05) experts sont en présentiel et les autres experts sont connectés à la réunion en ligne.

A la fin de la mission, soit le 16 juillet 2021, l’aide-mémoire élaboré fera l'objet d’une séance de restitution et de signature avec la partie nationale.

Avant l’entame des travaux à proprement parlé, la mission a été introduite auprès des autorités nationales, plus précisément auprès du virtuelle Monsieur Yassia KINDO, le Secrétaire général du Ministère de l'agriculture, des Aménagements Hydro-agricoles et de la Mécanisation (MAAHM) d’une part et de Monsieur Mahamadou BOCOUM, Directeur général adjoint de l’Economie et de la Planification du Ministère de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID) d’autre part. Ces visites d’introduction ont été conduites par Monsieur Koudregma ZONGO, le Coordonnateur national du Projet Neer-Tamba.

Auprès de ces autorités, l’équipe d’experts, composée de Madame Ann TURINAYO, la Directrice Pays du FIDA et Chef de la présente mission et de Monsieur Cheikh SARR, Spécialiste en valorisation agricole, a présenté les objectifs de celle-ci et sollicité leur appui respectif pour une conduite réussie de la présente mission. Les autorités ont remercié le FIDA pour régularité de la tenue des missions de supervision. Elles ont en outre, celles-ci ont souhaité que la question de la durabilité des interventions du Projet soient prises en compte au cours de la mission.

Caroline OUEDRAOGO
Responsable Gestion des Savoirs et Communications


Détermination de la production sur les périmètres maraîchers : Le rapport de l’étude a été validé !

Le 1er juillet 2021, l’Unité de Gestion du Projet Neer-Tamba a tenu un atelier de validation des résultats de l’enquête pour la détermination de la production sur les périmètres maraichers aménagés par le Projet depuis son démarrage.

L’objectif global du présent atelier est la validation et ce, de façon participative du rapport provisoire de l’enquête pour la détermination des rendements et de la production agricole sur les périmètres maraichers aménagés par le Projet Neer-Tamba depuis son démarrage.

Bien qu’étant technique, l’atelier de validation de validation des résultats de l’enquête pour la détermination de la production sur les périmètres maraichers aménagés par le Projet a connu une session d’ouverture au cours de laquelle Monsieur Koudrègma ZONGO, le Coordonnateur National du Projet, a rappelé le contexte général de l’étude.

Il s’en est suivi la présentation des résultats de l’étude, qui ont été obtenus à travers une méthodologie qui a consisté au recensement des exploitants des sites de périmètres maraichers ainsi qu’un échantillonnage des producteurs sur ces sites pour l’évaluation de la production.

Les résultats qui ont été présentés sont relatifs :

  • Aux caractéristiques générales des sites maraichers : superficie exploitée, équipements d’exploitation (irrigation, source d’eau, etc.) et cultures pratiquées ;
  • Aux caractéristiques des exploitants : âge, sexe, niveau d’instruction ;
  • A l’exploitation : rendement, production, circuit de commercialisation, ventes, etc.

La collecte des données a été faite par des Agents d’Appui Conseil (AAC) sur tous les périmètres maraîchers aménagés ou en cours d’aménagement par le projet Neer-Tamba. La collecte a été faite à l’aide des tablettes, avec l’application CSPro mobile.

Les principaux résultats atteints après traitement et analyses des données collectées montrent que le taux d’exploitation des superficies sur l’ensemble de ces périmètres maraîchers est de 83,1% pour la campagne 2020/2021 avec une superficie moyenne 345 m2 exploitée par producteur. En termes de culture pratiquée, sur l’ensemble des sites l’oignon bulbe occupe la plus grande superficie suivie de la tomate avec des parts respectives de 74,8% et 15,3%.

En ce qui concerne les caractéristiques des exploitants, l’étude révèle que les femmes représentent 84,8% des exploitants de ces sites et 52,8% des exploitants sont des adultes (35 ans et plus). Le nombre moyen d’années de pratique de la maraîcher-culture est de sept (7) ans pour l’ensemble des producteurs de ces périmètres maraîchers. La motopompe est utilisée par 45,1% des exploitants pour la production sur l’ensemble des sites. Sur les périmètres maraîchers avec puits la proportion des exploitants utilisant une motopompe est de 30,5% contre 93,9% sur périmètres maraîchers avec Prise au Fil de l’Eau.

La production totale a été évaluée à 2 410 tonnes de produits maraîchers sur l’ensemble des périmètres maraîchers du Projet Neer-Tamba dont 2 011 tonnes d’oignon bulbe et 300 tonnes de tomates. Le rendement moyen obtenu a été estimé à 32 tonnes/ha pour l’oignon bulbe et 27 tonnes/ha pour la tomate. Au moment de la récolte, 48,6% de la production d’oignon bulbe a été stockée et 48,5% vendue. La valeur totale des ventes de la production de toutes les cultures s’élève à plus de 89 000 000 F CFA avec une valeur moyenne des ventes par producteur estimé à 190 972 F CFA. La valorisation de la production s’élève à plus de 323 000 000 F CFA. Dans l’ensemble 54,6% des superficies ont bénéficié de la fumure organique. Le NPK et l’Urée sont utilisés respectivement sur 94,6% et sur 60,4% des superficies.

La présentation des résultats a fait place à l’examen du rapport. Aussi, les participants ont posé des questions, formulé des observations et proposé des amendements sur l’une ou l’autre partie du rapport.

Aux préoccupations des participants, l’équipe de consultants a apporté des réponses appropriées. Quant aux amendements, elle les a notés, dans l’optique de les prendre en compte dans la version finale du rapport qui est instamment attendue.

C’est donc sous réserve de la prise en compte des amendements proposés que le rapport provisoire de l’étude a été validé.

Dans son mot de clôture de l’atelier, le Coordonnateur du Projet Neer-Tamba a encouragé la bonne collaboration avec les acteurs sur le terrain. Il dira ceci : « la méthode de l’enquête sied et ce genre d’enquête est à poursuivre, afin de corriger un certain nombre de données, pour tendre vers la productivité, de la valeur ajoutée et un retour sur investissement ».

L’étude a été conduite par la Direction générale des Etudes statistiques sectorielles du Ministère de l’Agriculture, des Aménagements Hydro-Agricoles et de la Mécanisation (DGESS/MAAHM).

Caroline OUEDRAOGO
Responsable Gestion des Savoirs et Communication


Défis COVID-19, conflits et changements climatiques : le programme SD3C officiellement lancé le 16 juillet 2021

Le 16 juillet 2021, Monsieur Salifou OUEDRAOGO, Ministre de l'Agriculture, des Aménagements Hydroagricoles et de la Mécanisation (MAAHM) a procédé au lancement officiel du Programme conjoint Sahel en réponse aux Défis COVID-19, Conflits et Changements climatiques, en abrégé SD3C.  

Le Programme SD3C vise à consolider les moyens d'existence des petits producteurs, en particulier les femmes et les jeunes vivant en zones transfrontalières.

20 000 ménages dont 52% de femmes et 40% de jeunes qui bénéficieront des interventions du Programme SD3C, 75% de bénéficiaires déclarant une amélioration de leurs moyens d’existence e de résilience, 80% d’entre eux déclarant l’adoption de technologies et de pratiques écologiquement durables et résilientes au changement climatique et l’augmentation de 10% des échanges commerciaux aux niveaux national et régional, tels sont les indicateurs clés de ce programme.

Ses composantes sont :

  • (i) augmentation de la productivité et de la production,
  • (ii) intégration économique,
  • (iii) dialogue politique et coordination.

Pour cette première phase de trois (3) ans, ce sont au total six (6) communes avec accès humanitaire qui sont concernées par les interventions du Programme. Il s’agit des communes de Dori et Seytenga au Sahel, de Titao et Oula au Nord et enfin de Toéni et Djibasso dans la Boucle du Mouhoun.

Les groupes cibles bénéficiaires du Programme sont :

  • (i) les exploitations agricoles familiales, petits producteurs et éleveurs à faibles revenus, vulnérables et exposés aux risques de décapitalisation et aux crises (climatique, économique, sanitaire et de conflit) ;
  • (ii) les organisations de producteurs, d’agro éleveurs et pastorales, ainsi que leurs réseaux régionaux ;
  • (iii) les groupes socioprofessionnels faiblement représentés dans les systèmes productifs et souvent marginalisés (en particulier les femmes, les jeunes mais aussi les personnes en situation de handicap.

D’une durée de six (6) ans, pour un coût de trois (3) milliards de francs CFA pour cette première phase, le Programme est financé par le Fonds international de Développement agricole (FIDA). Sa gestion est confiée au Projet de Gestion participative des Ressources naturelles et de Développement rural du Nord, Centre-Nord et Est, dit Projet Neer-Tamba.

Madame Ann TURINAYO, Directrice régionale du FIDA a réaffirmé l’engagement du FIDA à apporter l’accompagnement nécessaire au Gouvernement dans la mise en œuvre efficace du Programme SD3C en faveur des populations confrontées aux trois (03) défis à savoir la COVID-19, les conflits et le changement climatique.

Les agences partenaires de la mise en œuvre du Programme sont l’organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM). Leurs représentants respectifs, Monsieur Dauda SAU et Monsieur Antoine RENARD ont pris part à la cérémonie de lancement officiel.

La cérémonie de lancement officiel a été couronnée par la signature d’accords, respectivement entre le Gouvernement et la FAO d’une part et entre le Gouvernement et le PAM d’autre part, sur la mise en œuvre du Programme SD3C. 

A l’occasion de la cérémonie de lancement officiel, tenue sous le patronage de Monsieur le Ministre de l'Agriculture, des Aménagements Hydroagricoles et de la Mécanisation (MAAHM), Messieurs les ministres des Ressources animales et halieutiques (MRAH), de l’Economie verte et du Changement climatique (MEEVCC) et de l’Eau et de l’Assainissement étaient aux côtés de leur collègue. 

Monsieur Moussa KONE, Président de la Chambre nationale d’Agriculture (CNA) a, au nom des bénéficiaire du Programme remercié le gouvernement et les trois agences des Nations unies à Rome, pour cet important programme en leur faveur : « En effet, en réponse aux Défis de la COVID-19, de l’insécurité grandissante et des effets du Changement climatique, le Gouvernement du Burkina Faso, le FIDA, la FAO et le PAM ont élaboré un programme national qui va renforcer nos capacités de production, accroitre notre résilience et renforcer la paix et la cohésion sociale. Et nous le savons tous, il n’y a point de paix et de cohésion sociale là où sévit la misère ». Au nom de ses pairs, il a pris l’engagement de « jouer pleinement leur partition afin que les femmes les jeunes puissent sortir du cercle vicieux de la pauvreté par leur travail mais aussi de contribuer de façon optimale au développement économique et social de leur région et partant du Burkina Faso ».

Le lancement officiel du Programme SD3C fera place au lancement technique dans quelques semaines.

 

Caroline OUEDRAOGO
Responsables Gestion des Savoirs et
Communication, portefeuille FIDA au Burkina Faso.

 


Image
Le Projet de Gestion participative des Ressources Naturelles et de Développement rural au Nord, Centre Nord et Est (Projet NEER-TAMBA) est un projet de catégorie B, conçu par le Fonds international de Développement agricole (FIDA) et le Gouvernement du Burkina Faso en cohérence avec les grandes orientations de développement socio-économique du pays.

Projet Neer-Tamba

Abonnez-vous à la Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour vous informer des derniers actualités et informations relatives au projet Neer-Tamba.

Nous contacter

15 BP 233 OUAGADOUGOU 15
BURKINA FASO

+226 25 37 47 44

neertamba@neertamba.org

www.neertamba.org

© 2021 Neer Tamba. All Rights Reserved. Powered by VIZUALIX